Les Micmacs et leur langue, le micmac

Autres noms historiques donnés aux Micmacs :

  • Gaspésiens : le père Le Clercq désignait ainsi les Micmacs de la péninsule gaspésienne.
  • Souriquois : autre nom donné aux Micmacs par les Français.
  • Porte-croix : nom donné par le père Le Clercq aux Micmacs de la Miramichi.

Origine du mot « Micmac » :

  • Mi'kmag = Mon peuple (source : Conseil de bande de Metepenagiag)
  • Micmac = Les alliés (source : Dictionnaire biographique du Canada)

Variantes orthographiques : Mi'kmaq (Nouvelle-Écosse), Mi'gmaq (Québec), Miigmaq (Nouveau-Brunswick)

La langue :

Le micmac fait partie du groupe wakani des langues algonquiennes de l'Est. (proche de la langue des Malécites et des Abénakis).

Translittérations de la langue micmaque :

Chrestien Le Clercq 1675 - 1685 écriture hiéroglyphique
Pierre-Antoine Maillard à partir de 1732 1re transcription phonétique
Silas Rand 1888  
Père Pacifique de Valigny 1934, 1939  
Siebert 1940  
Wallis 1955  

La transcription phonétique de Rand est celle qu'on utilise aujourd'hui selon le Conseil de bande de Red Bank (Metepenagiag)

Quelques noms géographiques de la région :

Nom d'aujourd'hui Nom micmac Signification
Baie des Chaleurs Maoi pogtapei grande baie
Bouctouche gtjipogtcsg /gtjipugtjoseg petite baie à l'abri du vent
Caraquet galaget rivière (?)
Escuminac Esgemenag lieu d'observation
Gaspésie Gespegeoag bout de notre terre (?)
Kouchibougouac pitjipogoeg (?)
Île-du-Prince-Édouard Epegoitg flottant sur l'eau (?)
Miscou misgigoiag c'est herbeux
Richibouctou kitchipogté grand feu
Shipagan sipagan passage
Tabusintac taposimgeg désigne un « couple »
Tracadie tlakadig campement

En amont de ce qui est maintenant Miramichi, on retrouvait un village, « Natoageneg » mentionné sur les cartes sous le nom « Eel Ground » .

Plus haut sur les rives de la Miramichi du Nord-Ouest, se trouvait « Mtotog » .

La rivière Miramichi du Sud-Ouest a peut-être porté le nom « Ristigouchique » (Listogotjitjg).

Réserves :

Nom anglais de la réserve Nom micmac du territoire longitude nord latitude ouest
Eel Ground Natoageneg 46º 97' 65º 63'
Red Bank Metepenagiag 46º 95' 65º 90'
Big Hole Tract pas de nom micmac 47º 05' 65º 80'
Burnt Church Esgennoopotitjg 47º 22' 65º 12'

Ouvrage de référence de grande valeur relatif aux Micmacs. Épuisé et rare :

Le Clercq, Chrestien. La Nouvelle Relation de la Gaspésie .

« Le père Le Clercq est surtout connu dans l'histoire par les deux précieux volumes qu'il publia pour raconter son apostolat et celui des Récollets au Canada.

La Nouvelle Relation de la Gaspésie parut à Paris en 1691 et à Lyon l'année suivante, sans nom d'auteur cette fois. (...)

La Nouvelle Relation est entièrement consacrée aux Micmacs, chez qui l'auteur exerça son apostolat pendant 12 ans. Le livre débute par une description de la Gaspésie (le père Le Clercq a été le premier à employer ce nom). Les chapitres suivants étudient dans un ordre logique tout ce qui concerne les Gaspésiens : origine, naissance, habillement et parures, habitation, alimentation, langue, religion, croyances et superstitions, gouvernement, lois, mariage, guerre, chasse, festins et danses, maladies et mort. (...) Le Clercq rapporte les faits tels qu'il les a observés, et comme il connaissait la langue et jouissait d'une grande considération parmi les sauvages, son exposé prend valeur d'un témoignage authentique. (...) quant au culte rendu à la croix par les sauvages de Miramichi, les historiens d'aujourd'hui, sans nier le fait, ont cru voir en cette croix la figure stylisée du totem de la tribu, qui était primitivement un oiseau aux ailes déployées. »

Dictionnaire biographique du Canada . Presses de l'Université Laval. Le Clercq, Chrestien. dans : vol. I, p. 449-452. Extraits de l'article rédigé par G.-M. Dumas.